COMMUNIQUÉ DE PRESSE

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

 

Montréal, 8 octobre 2015 ‐ La relève agricole québécoise, passionnée et dynamique, dépose
aujourd’hui au Ministre de l’agriculture, de l’alimentation et des pêcheries son mémoire sur ses
aspirations et ses besoins pour nourrir le Québec de demain. Un défi, que les jeunes agriculteurs
sont prêts à relever. Venus aujourd’hui des quatre coins du Québec, plus de 300 d’entre eux se
sont rassemblés au coeur de Montréal afin de sensibiliser la société et le gouvernement sur les
barrières qu’ils doivent surmonter pour y parvenir.

 
Le Québec compte 8000 agriculteurs de moins de 40 ans, un nombre qui en étonne plusieurs.
OEuvrant dans les productions traditionnelles ou émergentes, la relève est non seulement plus
nombreuse que dans le reste du Canada, mais également plus spécialisée, plus féminine et
génère des revenus plus élevés. Cependant, de nombreuses problématiques mettent en danger
la pérennité de l’agriculture québécoise et il est urgent pour le gouvernement d’agir.

 
« Il se perd plus de 5 fermes par semaine au Québec, mais nous avons près de 1000 diplômés
dans le secteur de l’agriculture chaque année. Nous devons trouver des solutions afin de rendre
l’agriculture accessible aux jeunes », affirme Pascal Hudon, Président de la Fédération de la
relève agricole du Québec (FRAQ).

 
Un sondage B.I.P réalisé auprès de 700 jeunes agriculteurs, révèle que la jeune génération aspire
à être maître de son entreprise et de ses actifs, ainsi qu’ à pratiquer l’agriculture à temps plein,
tout en y associant des valeurs environnementales et sociales fortes. Ils estiment que la mise en
marché collective de leur secteur et les programmes de sécurité du revenu sont essentiels à la
viabilité de leur projet. Par ailleurs, ils souhaitent que la société soutienne et reconnaisse
davantage l’agriculture comme un secteur stratégique pour le développement économique et
social du Québec.

 
Les barrières à l’établissement des entreprises agricoles sont nombreuses. Notamment, l’accès
aux terres, dont la valeur ne cesse d’augmenter, dépassant ainsi très largement leur potentiel
agronomique. La transférabilité des fermes devient donc très limitée, voire impossible dans
certaines régions du Québec et pour certains secteurs agricoles. La financiarisation des actifs
agricoles amène de nouveaux joueurs avec lesquels les jeunes ne peuvent concurrencer. Ils
doivent aussi composer avec la nordicité du climat, alors que la mondialisation vient mettre
encore plus de pression sur les marchés agricoles.

 
En complément des outils de mise en marché collective et des programmes de sécurité du
revenu, la FRAQ propose donc des mesures stratégiques et spécifiques à la relève.
Essentiellement, il faut faciliter l’accès des jeunes à la terre, bonifier et adapter les aides
existantes aux nouvelles réalités de l’agriculture et inciter la génération cédante à planifier à
l’avance le transfert à la génération suivante.

 
« Éduquée, entrepreneuriale et impliquée dans son milieu, la relève est prête à remplir les
assiettes des Québécois, et nous devons tous en être fiers. Il faut cependant qu’on lui donne
davantage les moyens d’assurer son rôle nourricier et de contribuer au développement
économique et social de nos régions », commente Marcel Groleau, Président général de l’Union
des producteurs agricoles.

 
Le Grand Rassemblement de la relève agricole, cet évènement unique qui se tient aujourd’hui à
la Société des arts technologiques, vise à montrer les multiples visages de la relève agricole et la
diversité de notre agriculture. Munis d’un sac d’épicerie symbolique, les invités auront l’occasion
de rencontrer les jeunes de la relève, qui animeront des étals de produits vedettes provenant
des 12 régions du Québec. Ils pourront également déguster des bouchées préparées
spécialement pour l’événement par le chef Martin Juneau. Plusieurs autres personnalités de
renom viendront apporter leur appui à la relève agricole. On compte parmi elles la porte‐parole
des Portes Ouvertes de l’UPA et chanteuse Marie‐Eve Janvier, l’actrice et auteure Marie‐Joanne
Boucher et la directrice artistique de Juste pour Rire Luce Rozon. L’événement animé par Louis
Lemieux sera encadré de la prestation musicale de Patrice Michaud.

 
On peut consulter le mémoire « Aspirations et besoins des jeunes qui nourriront le Québec de
demain » sur les sites web de la FRAQ (www.fraq.qc.ca) et de l’UPA (www.upa.qc.ca).
Pour visionner des vidéos présentant et mettant en valeur des ambassadeurs de la relève
agricole, rendez‐vous sur la plateforme interactive (www.visagesreleve.com) de la FRAQ.

‐30‐

Entrevues et informations :
Mylene Gaudreau
Relationniste
514.442.9952
boutiqueprbox@gmail.com